#3 Aporia

Note : ce numéro achève le grand archivage de nos contenus opéré en avril 2022. Parce que la vie, toujours, s’en vient… même après l’aporie !

 

Édito #3

Aporia : un film-parabole d’Estienne Rylle. Initialement pensé comme expérimentation cinématographique centrée sur le vêtement, ce court métrage sans dialogue se meut, par son approche sensible et esthétique, en expérience poétique invitant à la conversation existentielle. Produit par imagoDei et Nuit Pure, ce film a été sélectionné au Short Film Corner du Festival de Cannes 2022.

Aporia : un événement aux expressions multiples : entre exposition d’art, performances artistiques, tables-rondes et partages. C’était à Paris, en janvier 2022, pour lancer l’année autour du thème « APORIA : Face à l’insoluble »

Aporia : une exposition d’art collective organisée dans le cadre de l’événement, en partenariat avec le collectif d’artistes La Fonderie. Pour explorer les différents visages et esthétiques de l’aporie.

Aporia : un poème de Thierry Lemoine, présenté lors de l’exposition « Aporia : Face à l’insoluble » . Pour mettre des mots sur l’insoluble des relations et émotions humaines.

Aporia : une pensée d’Elsie Pomier. « Le système de la mode est devenu l’indicateur moralisateur. Comme religion, il condamne nos excès. Mais en rien il ne nous libère. Il révèle juste le cœur de l’être humain. » Une pensée percutante sur notre société de la surconsommation et nos motivations intérieures.

Aporia : une chanson Issu d’un podcast musical qui interroge le coeur de notre humanité, le titre « Necro » de Meak met des mots sur la mort et l’oppressante aporie qui l’accompagne.

• Aporia : un podcast… RENDEZ-VOUS EN JANVIER !


Découvrez ou redécouvrez nos autres contenus qui explorent différentes facettes de l’aporie, comme une série de remises en cause :

Création et chute : la trilogie Bonhoeffer Une conversation musicale aussi passionnante qu’émouvante, au croisement entre la critique littéraire, la philosophie et la théologie.

Série L’Anonyme : Une traversée dans notre culture, signée Jean-Michel Bloch, pour questionner sa manière de traiter le nom, le sans-nom, et ce faisant, chacun d’entre nous.

À l’ère des algorithmes et des machines : le rôle de l’humain revisité et revalorisé, De la force d’être considéré, D’où nous viendra le secours ? et Le management par la Joie : une série de H.P. Rand-Rako pour questionner notre rapport au travail.

Comment vivre dans un monde qui s’effondre ? (Édouard Vandeventer) pour questionner notre rapport à l’écologie.

Le numérique : entre fardeau et liberté (Jean-Christophe Jasmin) pour questionner notre rapport aux smartphones et autres nouvelles technologies.

Le temps ne nous appartient pas (Estienne) pour questionner notre rapport au temps

L’émerveillement, accélérateur de bonheur (Marie Salomé Le Guehennec) pour questionner notre rapport à la maladie.

Comment une épidémie a permis l’avancée du christianisme (Igniacio Cid Pozo) pour questionner notre rapport à l’histoire des religions.

Une détox pour vos oreilles, vous y avez pensé ? (Meak) pour questionner notre rapport (ambivalent) à la musique et à la création.

Série Qu’est-ce qu’être humain (Jean-Michel Bloch) pour questionner les horreurs que l’Homme peut faire à l’Homme ; non seulement pour le déplorer, mais pour aller de l’avant avec une dimension d’espérance.

L’homme, condamné à être libre ? (Prisca Raoilison) pour questionner notre rapport à la liberté.

Rédacteur

Léa Rychen

En savoir plus
Olivier-Barrucand

Contributeur

Olivier Barrucand

En savoir plus
Yoan Michel

Contributeur

Yoan Michel

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre × cinq =

Autres articles

Continuer la lecture