Ce qu’un guépard de compagnie m’a appris sur le sens de la vie – Jenny Guinness

Alors que Jenny Guinness (aka Windsor Elliott) connait un succès remarquable en tant que mannequin, une soirée mondaine dans les appartements de Salvador Dalí à Paris vient bouleverser son existence.


Une « rencontre » avec un guépard de compagnie la pousse à mener une quête spirituelle, longue et sinueuse. Elle découvre un jour des réponses aux grandes questions de la vie, là où elle ne les aurait jamais attendues. Un témoignage bouleversant et unique !


Retranscription écrite :

 

– Eh bien, aujourd’hui nous sommes bénis et privilégiés d’avoir la merveilleuse Jenny Guinness sur Zoom depuis la Virginie, aux États-Unis. Jenny, pour ceux qui ne le sauraient pas, était une ancienne cover-girl de Vogue dans les années 60 et 70. Une histoire incroyable qu’elle va partager avec nous aujourd’hui. Elle a été photographiée par des photographes emblématiques, tels que Richard Avedon, Irving Penn, Arnaud de Rosnay. Je suis certaine que Jenny reviendra sur cette histoire un peu plus, et aussi Gianni Penati. Donc ces noms sont des noms iconiques, des noms légendaires.

Donc, Jenny, juste avant que nous entrions dans l’histoire d’ensemble, l’histoire complète, comment êtes-vous entrée dans cette entreprise mondiale, de plusieurs milliards de dollars, en tant que mannequin ?

En fait, c’était un coup de chance. J’étudiais à l’Université de Californie du Sud. Je voulais être avocate. C’était un job d’été que je cherchais, et je me suis retrouvée à faire des séances photo. Et à la fin de l’été ma carrière a décollé de façon inattendue, et j’ai été conseillée par un ami qui était avocat qui savait que je voulais être avocate. Il m’a dit : « Surfe sur cette vague. » Puis, retourne à l’école de droit. C’est donc ce que j’ai fait.

– Jenny, vous avez grandi en Californie ?

– Oui.

– Comment vous êtes-vous retrouvée avec le nom de Windsor Elliott, votre nom de modèle ?

– Eh bien, il y a une très grande histoire derrière ça, que nous n’avons pas vraiment le temps de couvrir ce soir, mais la version courte est que quand j’étais à San Francisco, Je me suis retrouvée à vivre avec une famille fabuleuse, merveilleuse et aimante. J’avais eu une enfance très traumatisante dans ma propre famille. Alors j’ai décidé, juste pour faire une blague, comme une chose amusante d’été : quand j’ai rempli le formulaire j’ai mis le nom du plus jeune enfant, Windsor, une petite fille appelée Windsor, qui avait huit ans, et mon poète préféré qui est T.S. Eliot, ajoutant un L et un T supplémentaires pour le flair et la pensée. « Ok, pour l’été, pour le mois, les deux mois à venir, Je serai Windsor Elliott. » Et puis, bien sûr, cela est resté tout au long de ma carrière. C’est même sur mon passeport à ce jour.

– C’est incroyable. Et donc, juste pour donner à notre audience un peu plus de compréhension : vous avez grandi en Californie. Comment était votre vie en grandissant, et comment êtes-vous entrée dans ce monde de la mode ? Que faisiez-vous donc en tant que fille californienne rêvant de devenir mannequin ? Ou pas vraiment, parce que vous vouliez étudier le droit, non ?

– En effet, je ne pensais pas du tout à devenir une mannequin. Je n’ai jamais pensé à l’esthétique du tout. J’ai pensé que j’étais très grande à un très jeune âge, et j’étais vraiment le vilain petit canard dans mon propre esprit. Donc je n’ai jamais pensé à quelque chose comme ça. Mon enfance en Californie du Sud se résume en une vie pieds nus sur la plage, à courir pieds nus, j’étais un peu comme un garçon manqué. Donc cette partie de mon enfance a été très agréable. Puis, ma famille a eu un très sérieux désastre parmi les membres de ma famille, beaucoup de traumatismes graves. Cela a fini par mes parents qui se sont disputés la garde d’enfants, et ils n’ont pas réussi à la résoudre. Donc j’ai fini par être placée sous la tutelle de l’état de Californie. Et je ne raconte que cette partie de l’histoire parce que cette période de ma vie a soulevé une série de questions, qui s’est ensuite installée pendant des décennies jusqu’à mes jours à New York. Et puis les questions sont toutes revenues. Les grandes questions sur la vie sont toutes revenues pendant mes années new-yorkaises.

– Mmh, c’est incroyable. Pouvez-vous nous parler de ce moment important que vous avez mentionné quand vous étiez ici à Paris, vous étiez fiancée au baron, à un baron français, et Salvador Dali avait son appartement dans Le Meurice Hôtel ? Pouvez-vous nous expliquer ce qui s’est passé là-bas ? Parce que c’était un peu l’élément déclencheur vers ce qui a été votre recherche spirituelle, et continue à être votre recherche spirituelle. Parlez-nous de cet événement. Que se passait-il dans votre vie ? Et quelle a été cette révélation pour vous ?

– Eh bien, je dois dire, tout d’abord, c’est un tel privilège de pouvoir parler avec vous à Paris. Parce que la ville de Paris a plus d’une fois été incroyablement importante dans ma vie. Je suis tombée amoureuse de Paris pour la première fois à l’âge de 11 ans. J’étais hameçonnée, follement amoureuse de Paris à 11 ans, et cela n’a jamais cessé. Alors, avançons jusqu’à ce moment dont vous avez parlé. À ce moment-là, je vis à New York. Je suis mannequin pour Ford. Je vivais le meilleur moment de ma vie, je voyageais dans le monde entier, en travaillant comme vous l’avez dit, avec les photographes les plus emblématiques du 20e siècle, et je gagnais une fortune. Étant à Paris si souvent, j’ai pris pour habitude, avec Arnaud de Rosnay d’assister à des soirées extraordinaires. Celle que vous mentionnez se déroulait dans les appartements de Salvador Dali, à l’hôtel Le Meurice, mais nous étions souvent à des fêtes à l’Hôtel Lambert sur l’île Saint-Louis. Nous avons vécu des expériences incroyables. J’arrivais à l’aéroport d’Orly. Sa Rolls-Royce venait me chercher. J’allais faire du shopping. J’allais chez tous les couturiers, et ensuite nous allions à ces fêtes le soir. C’était donc une époque magique, mais à cette fête particulière, j’ai vécu une expérience. Je regardais dans la pièce. Nous étions toutes habillées de robes somptueuses, et les hommes de cette époque portaient des vestes Nehru incrustées d’or. Les Beatles étaient partis en Inde. Marrakech était aussi une grande ville de la scène de la mode. Donc entre Marrakech et l’Inde, nous portions tous des caftans, et ils étaient tous incrustés d’or, les hommes avaient tous des vestes Nehru incrustées d’or. Je regardais autour de moi à cette fête. Il y avait beaucoup de mes amis – ils étaient resplendissants –, de nombreux écrivains et dramaturges de renom, mondains. Bref, des histoires et des personnes incroyables. Et puis, se frayant un chemin à travers la la foule : un guépard majestueux avec une longue chaîne en or. Salvador Dali avait ce guépard de compagnie, techniquement, on l’appelle un léopard peint. Et ce magnifique animal se frayait un chemin au travers de ces illustres invités. Et j’ai remarqué qu’il avait été dégriffé, et semblait édenté, dépourvu de tous ces attributs. Et j’ai soudainement eu cette sensation de coup de poignard que cette magnifique créature a été transformée en une caricature de ce qu’elle avait été créée pour être. C’était un animal de compagnie. Il était une caricature de cet animal sauvage qu’il avait été créé pour être. Et en levant les yeux vers les invités dans leurs habits incrustés d’or, J’ai eu ce sentiment qui m’a envahi, que je faisais face à un abîme d’absurdité, et d’insignifiance. Quelque part, nous aussi, nous étions en quelque sorte des caricatures. Mais de quoi ? Je ne savais pas de quoi. C’était quelque chose qui m’a frappé si fort. C’est venu de nulle part. Et cela m’a fait me décider : je devais faire une recherche spirituelle, j’en avais besoin. Quelque chose de plus grand semblait m’inviter, et semblait me montrer que tout cela était beau, mais que c’était en quelque sorte vide. C’est très difficile à décrire. – Et, Jenny, où est-ce que cette recherche vous a conduite ? – Eh bien, j’ai pris l’avion le le jour suivant à New York. Et j’ai commencé à demander à tous les éditeurs de Vogue : « En quoi croyez-vous ? Croyez-vous qu’il y a un Dieu ? Avez-vous une vision du monde ? Qu’est-ce qui vous motive ? Qu’est-ce qui façonne votre vie ? » Et donc j’ai eu beaucoup de réponses différentes et intéressantes. Et l’un des rédacteurs a dit : « Vous devriez vraiment aller voir cette femme très spirituelle sur Park Avenue, tous les courtiers en bourse vont la voir. Et quand la météo est mauvaise sur place, nous l’appelons. Elle est très puissante spirituellement, et elle peut changer la météo, elle est incroyable. » Alors je suis allée la voir. Elle s’est décrite comme une métaphysicienne, et elle a commencé à me faire découvrir une série de différentes idées religieuses, et différents cadres religieux, mais j’avais l’impression de ne pas être connectée. Et elle a fini par dire : « Tu sais, ce qui est vraiment important, nous allons passer directement à cela, c’est ma passion, qui est d’invoquer des guides spirituels morts sur mes clients. Et je sens que tu es prête pour cela. » J’ai répondu : « Super, allons-y. » Et elle l’a fait. C’était la troisième fois que je lui rendais visite. Au moment où elle l’a fait, je me suis sentie comme un linceul, noir, comme si la mort était tombée sur ma vie. Je me sentais comme engloutie par une terrible obscurité qui était plus proche de moi, et plus serrée contre moi que ma propre peau. Inutile de dire que je ne suis je ne suis pas retournée la voir, mais je me suis battue contre ça pendant un bon moment. Et alors que je m’éloignais de son appartement sur Park Avenue, j’ai fait cette prière. J’ai dit au ciel nocturne : « S’il y a un Dieu, je ne peux pas te trouver. Cela faisait environ une année de recherche à ce moment-là. J’étais passée par toutes ces différentes portes, et je me suis retrouvée avec elle. Et j’ai dit : « Je ne te trouve pas. S’il y a un Dieu, me trouveras-tu ? » Et ce qui s’est passé ensuite a été extraordinaire. – Des mots puissants juste-là. – Oui. J’ai décidé de ne pas retourner la revoir. Toutes les visions du monde que j’avais examinées, chaque religion que j’ai étudiée, m’ont laissé le sentiment que quelque chose manquait. Quelque chose de très important manquait dans tout ça. Alors j’ai fait cette prière. Et à ce moment-là, ma mère qui avait été très, très portée sur l’occulte était devenue chrétienne. Et elle est venue me rendre visite à New York. Et je lui ai dit : « Tu sais, je suis en recherche, mais la seule chose que je sais, c’est que je ne veux pas explorer la foi chrétienne parce que je la trouve bourgeoise. Légaliste aussi. J’en sais suffisamment grâce à la télévision suffisamment pour ne pas m’y intéresser. Alors mettons-nous d’accord pour laisser ce sujet hors de la table. Et elle a dit : « D’accord. » Mais pendant qu’elle était avec moi, une femme qu’elle connaissait en Californie avait été en contact avec une famille à Long Island, et leur avait dit : « Mon amie vient à New York. York, l’accueillerez-vous ? Et si vous êtes à New York, vous pourriez peut-être passer la voir ? » Ma mère a dit qu’elle ne pouvait pas visiter cette famille, mais leur fils, adulte, qui était un physicien et sa femme étaient à New York. Ils sont se sont arrêtés pour visiter ma mère. Ils sont entrés dans notre appartement. Donc ces étrangers sont dans mon appartement. Je ne les connais pas. Ma mère ne les connaît pas. Des amis d’amis en Californie, des étrangers sont dans mon appartement. Je leur offre à boire. Et je suis sur le point de partir et les laisser entre eux. Et, pendant ce temps, ma mère fait une chose très maternelle. Elle a sorti mon portfolio, et a commencé à parler de ma carrière. Ils étaient en train de feuilleter mon portfolio, ce qui, bien sûr, était très embarrassant pour moi. Et j’étais littéralement juste sur le point de passer le pas de la porte quand j’ai entendu à la fois l’homme et sa femme s’exclamer. Et donc je me suis retournée et j’ai dit : « Pourquoi cette réaction ? » Ils m’ont répondu : « Cette couverture de magazine. » Et j’ai dit : « Oui ? » Ils me répondent : « Nous devons vous dire quelque chose. Nous sommes des chrétiens. Et il y a six mois, nous étions à Seattle, à une réunion de prière. Nous nous sommes arrêtés dans un supermarché pour acheter du café pour la réunion. Et pendant que nous passions à la caisse, le Seigneur nous a parlé et a dit, achetez ce magazine exposé devant vous, et priez pour la fille de la couverture. » Puis ils ont dit : « Nous avons prié pour toi depuis six mois. » Je venais de dire, en sortant de Park Avenue : « Je ne peux pas te trouver. Si tu existes, me trouveras-tu ? » Et ces inconnus sont dans mon appartement. Alors je leur ai posé toutes mes questions accumulées au cours d’une année de recherche. Pas cette nuit-là, mais à chaque fois qu’ils rendaient visite à ma mère, je leur posais une série de questions. Et c’était la seule fois où j’avais des réponses qui m’allaient comme une main dans un gant. Avec à la fois la gloire de la créativité et de la beauté, et toutes les choses que je connaissais dans la mode, et la merveille du génie créatif des gens, et ces gens incroyables avec qui je travaillais, et j’ai expliqué l’horreur que j’avais vue quand j’étais enfant, et la chute de l’Homme, et la dégradation de l’Homme quand il ne vit pas selon sa raison d’être et ainsi de suite. Je ne veux pas dire « Homme » comme mâle, mais plutôt comme humain. Et c’était tellement stupéfiant. Donc à la fin de toute cette période d’interrogatoire, ils m’ont invitée à entendre quelqu’un parler de l’Évangile, et du fait de « naître de nouveau ». Et j’ai essayé très fort de me défiler. Je ne voulais pas y aller. J’ai pensé que c’était un pas à faire trop important pour moi, j’en été incapable, mais ils étaient si gentils. Et donc je suis allée écouter cette personne dans le grand Madison Square Garden qui passait à la télévision. Je suis allée chez eux, et je l’ai regardé au Madison Square Garden. Et la chose qui était si stupéfiante pour moi c’est que la personne qui parlait commentait l’évangile de Jean, chapitre 3. « Vous devez renaître. Il faut que tu naisses à nouveau. La chair ne donne naissance qu’à la chair. C’est l’Esprit qui donne naissance à l’esprit. » Et j’ai senti que c’était ce que je cherchais. pendant tout le temps où mon esprit était affamé. Et donc j’ai prié cette nuit-là et tout a pris sens pour moi, car ma mère avait un cancer, et elle a eu une greffe de moelle osseuse. Et j’ai trouvé que tout cela faisait sens. Vous devez avoir une vie non contaminée pour pénétrer là où la vie est nécessaire. Quelque chose de complètement nouveau. De non contaminée. Et donc j’ai prié cette nuit-là et je suis devenue chrétienne.

– Incroyable. Vous savez, Jenny, il y a eu récemment une étude qui a été faite aux États-Unis. C’était alarmant, mais pas si surprenant que ça. Cette étude classait, il me semble, la mode, l’industrie de la mode, dans le top cinq des domaines propices aux problèmes de santé mentale. Elle parlait de l’existence d’une corrélation avec la santé mentale. Vous savez, ces dernières semaines, compte tenu de ce qui se passe dans notre monde, il y a eu une forte augmentation des suicides à laquelle nous assistons. Et, vous savez, l’industrie de la mode fait actuellement le deuil du décès d’une mannequin emblématique des des années 90, Stella Tennant, la mannequin britannique originaire d’une famille aristocratique, connue pour son look androgyne des années 90, et complètement adorée par l’industrie. Quelles sont vos observations à ce sujet, celui des problèmes de santé mentale ? Combien de designers et de fashionistas sont en fait affectés par par cela ? Par des problèmes de santé mentale ?

– Eh bien, il y a plusieurs choses, tout d’abord, juste pour dire que la grand-mère de Stella Tennant était une Mitford, une des magnifiques filles Mitford, et sa soeur a épousé un Guinness. Nous étions donc très conscients de cette tragédie. Et je pense que cela manifeste à nouveau que les questions centrales de l’existence sont celles de l’identité, de l’estime de soi, de l’espoir, et du sentiment d’avoir un avenir. Je pense que l’identité de Stella était probablement assez sécurisée, mais je pense qu’il y a quatre choses. Je pense qu’il y a quatre choses dont un individu a besoin pour survivre. Le sens en est une. La relation ou l’appartenance en est une autre. Puis un avenir, et enfin une espérance. À son sujet, je pense que peut-être le sens et la partie d’appartenance. Je ne sais pas, j’ai seulement lu que Stella avait dit à un voisin qu’elle avait ressenti qu’après le COVID, elle serait trop vieille pour être mannequin. Et c’était juste avant qu’elle mette fin à ses jours. À son 50e anniversaire, elle s’est peut-être confrontée à sa mortalité, et ensuite à son mariage, à ce lien auquel quelque chose était arrivé. Et donc quand vous perdez ce lien, cette connexion, quand vous perdez le sens du futur, quand vous perdez le sens, la signification de ce qu’est votre vie, le désespoir peut prendre le dessus très, très rapidement. Et je pense que généralement dans l’industrie de la mode, en général, je pense, quand il commence à avoir un écart entre l’image et la réalité, et que ce fossé s’élargit trop, je pense que cela peut détruire une vie. Tu sais, tu regardes Halima Aden qui a dû se retirer parce qu’elle a dit qu’elle qu’elle se sentait perdue. Elle se sentait perdue en séance photo. Elle a donc dû prendre du recul. Il y avait un modèle russe, Ruslana, je ne me souviens pas exactement de son nom de famille, mais elle s’est jetée d’un balcon à SoHo, New York. Et la dernière phrase écrite dans son journal était « Je suis si perdue. Est-ce que je me retrouverai un jour ? » Et donc je pense, que cette question d’identité est si critique à notre époque, et particulièrement, critique dans l’industrie de la mode. Une vision réductrice, ou une idéologie réductionniste d’une personne va amoindrir la définition d’une personne, mais le point de vue judéo-chrétien d’une personne humaine l’élève et la valorise. Cette personne, quelle qu’elle soit, est faite à l’image de Dieu. Dieu l’a créée. Dieu lui donne une raison d’être. Elle a des dons uniques. Un destin unique. C’est la vision d’un être humain du point de vue judéo-chrétien, imagoDei, c’est exactement le nom de votre organisation. Créé à l’image de Dieu.

– Absolument, et voyez-vous, cela me conduit au sujet d’imagoDei – créé à l’image de Dieu – et au thème de cette année pour l’ensemble de nos sphères : « l’autre » Qu’est-ce que ce mot « l’autre » évoque en vous ?

– Eh bien, pour moi, je pense que la la chose la plus importante dans la vie, comme j’ai eu l’occasion de le dire, c’était le sens. C’est cela qui était à l’origine de ma quête. Mais la chose qui compte le plus pour moi maintenant c’est le lien avec Dieu, il est l’Autre qui définit ma valeur, qui trace un chemin à suivre pour moi, et qui a mon destin entre ses mains. Il m’a créée. Il connait ce qu’il a placé en moi. Même après la mort, nous sommes éternels. Les écritures bibliques disent que nous sommes immortels, que nous vivrons dans l’éternité avec lui. Et donc cet Autre, cette relation, cette connexion à Dieu par Jésus est la chose la plus importante dans ma vie. Ce n’est pas une religion. Je n’ai jamais été à la recherche d’une religion, mais c’est une relation qui est si puissante dans ma vie de tous les jours, Dieu m’enseigne, me montre, me guide, m’arrête, m’inspire, me corrige. Je veux dire, c’est une relation. Je ne sais pas comment les gens vivent sans avoir une relation avec Dieu, je ne sais vraiment pas. En regardant en arrière, j’étais tellement affamée jusqu’à cette rencontre, et c’est juste incroyable. Et, vous savez, je pense dans la mode, surtout, le mot hébreu « image », et le mot hébreu « idole » sont identiques. Donc je pense dans la mode, au milieu de ces images concurrentes, la question est : « Est-ce que nous servons une image d’idole ? » ou bien « Est-ce que l’image de Dieu nous pousse à être de la façon donc nous avons été créés ? » Intègre, qui ne se perd pas dans la mode. Je pense que la mode et le mannequinat peuvent constituer une carrière fabuleuse. Et je pense qu’il y a tellement de personnes merveilleusement douées dans ce domaine, mais je pense que cette différence « Est-ce que nous servons l’idole d’une image, comme un esclave poussé en dehors de ses limites, ou vivons-nous comme un reflet de l’image de Dieu ? » Ainsi, refléter sa gloire et être rayonnant dans notre mode, par notre créativité, notre design, c’est tout cela qui coule en nous et nous pousse à créer la beauté, l’émerveillement et la joie.

– Fabuleux, et, Jenny, vous êtes en Amérique en ce moment. À quoi ressemble votre monde maintenant ? J’ai vu que vous avez parlé au Sénat à quelques reprises. Qu’est-ce qui se passe dans la vie de la maison Guinness en ce moment ?

– Eh bien, la COVID comme tout le monde, bien sûr. Avec mon mari, on fait tous les deux des Zooms et et on est en relation avec les gens de cette façon, mais, vous savez, j’aime le lien, donc je suis impatiente que la COVID soit terminée. Mais Os, mon mari, est en train d’écrire. Il a écrit quatre livres depuis que nous sommes en confinement et pour ma part, je viens de terminer mon propre livre. Donc nous tentons de profiter de cette période au maximum mais ça nous manque de ne pas voir nos proches

– Eh bien, Jenny, nous sommes impatients de la sortie de ce livre. Je pense que la passion et le message que vous souhaitez transmettre dans ce livre sont si pertinents en ce moment. Merci beaucoup d’avoir passé ce moment avec nous, et nous sommes profondément reconnaissants pour votre temps. C’est un tel honneur, et un plaisir de parler avec vous. Je vous suis vraiment reconnaissante.

– C’était un privilège d’être à Paris pendant cette demi-heure.

– Nous sommes impatients de vous accueillir ici en chair et en os. Espérons-le.

– Merci Mariela, mon amitié à vous tous.

– Merci, Jenny.

– À la prochaine.

Rédacteur

Mariela Demetriou

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *