Vous avez dit « conspirationnisme » ?

En juin 2020, un article dans Le Monde[1] se penche sur plusieurs informations qui circulent au sujet du coronavirus : Bill Gates contrôlerait l’Organisation mondiale de la santé, et il chercherait à utiliser le vaccin afin de réduire la population mondiale et imposer un puçage des individus. Par ailleurs, selon certaines sources, il aurait également prédit voire créé la pandémie de Covid-19…



Il est vrai que depuis le début de la pandémie de Covid-19, les réseaux sociaux et médias ont vu proliférer tout un tas de théories au sujet du virus. Certaines d’entre elles insistent sur l’existence d’un complot, orchestré par la Chine, ou par Bill Gates, ou par d’autres puissances politiques et financières occultes. Derrière cette catastrophe mondiale aux origines douteuses se cacherait, ni une chauve-souris, ni un pangolin, mais une conspiration malveillante.


Les théories du complot ont le vent en poupe…

Quoi que l’on pense de ces dites « théories du complot », la réalité est qu’il est parfois difficile de démêler le vrai du faux. Surtout que l’on en entend de tous côtés !

« Les enquêtes d’opinion le montrent : sur un nombre grandissant de sujets, les Français sont friands de complotisme. Hier cantonnées aux marges, les théories les plus improbables ont gagné en audience et en respectabilité. De l’internaute anonyme au chef d’État populiste, des librairies spécialisées aux plateformes de streaming, des cafés du commerce aux plateaux télé, on les retrouve désormais dans toutes les strates de la société. Par quelle mécanique une théorie complotiste née dans l’imagination de quelques-uns parvient-elle à devenir un phénomène culturel majeur[2] ? »

Des théories et récits alternatifs sur les affaires courantes, la science, la politique, l’histoire ou le pouvoir, il y en a toujours eu, parfois pour le pire, parfois pour le meilleur. On peut certainement être en désaccord sur la validité de ces théories, mais on peut tous s’entendre sur le fait qu’elles jouissent aujourd’hui d’une présence plus grande et d’une viralité impressionnante. Pas un jour ne passe sans qu’il soit question, çà ou là, d’accuser un propos d’être complotiste, ou au contraire de défendre un propos taxé de conspirationnisme.

Plusieurs phénomènes semblent profiter au succès des thèses conspirationnistes. D’une part, face à l’émergence de nouveaux médias, on observe une perte de confiance dans les médias traditionnels. Quelques exemples de l’histoire récente nous restent en travers de la gorge, quand il s’avère que tel canal médiatique, auquel on faisait largement confiance, a été utilisé comme outil de propagande, ou que de fausses informations ont circulé sans être vérifiées…

D’autre part, alors que les réseaux sociaux, blogs et comptes d’influenceur·euse·s  croissent en nombre et en notoriété, on voit se multiplier les voix qui font autorité. Pour s’informer de la vérité, on n’attend plus les experts : on scrolle sur son smartphone. Ainsi, dans le maillage composite des statuts Twitter et autres vidéos YouTube, le filtrage des informations se complexifie.

De plus, par rapport au coronavirus, l’attrait du complotisme est compréhensible. Face à la peur, l’incompréhension, la fatigue et l’angoisse que génère cette situation, il est plus rassurant de nommer un bouc émissaire. Il est plus rassurant de haïr un gouvernement ou un milliardaire, que de s’avouer faibles, trompés, impuissants.


… la vérité aussi

En fait, les théories du complot révèlent aussi des dynamiques qui sous-tendent toute recherche de vérité. Comme dans une chasse au trésor, il y a une certaine excitation à mener cette quête seul·e contre tous, à avoir le sentiment d’avoir enfin découvert la vérité cachée. Et si la vérité est un trésor, la posséder donne aussi un certain pouvoir… Le but n’est bien sûr pas de prendre le pouvoir sur les autres, mais de reconquérir notre propre pouvoir, et reprendre le pouvoir sur un quotidien qui, trop souvent, nous échappe ou nous écrase.

En fait, rechercher la vérité pour soi-même, sans se laisser trop influencer par les discours dominants, reflète en réalité la dignité de l’être humain. Cette recherche est digne. Vous qui lisez ces lignes aussi : digne de connaître la vérité, de cheminer avec elle, et de la partager.

Mais alors la question se pose, et s’impose : comment démêler le vrai du faux ?

Au milieu des théories du complot et de la guerre de l’information, dans la chasse aux canulars et dans la recherche de vérité, quelles sont les méthodes que nous pouvons appliquer ?


Mener l’enquête

Les journalistes d’investigation sont les spécialistes pour vérifier la qualité d’une information. Dans leur quête de vérité et leur enquête de terrain, ils ont l’habitude de poser trois questions :

1) Qu’est-ce que tu entends par là ?

Il s’agit d’une question de clarification, qui permet d’approfondir le sens des déclarations, d’être véritablement au clair sur le sujet de notre enquête, afin d’éviter tout quiproquo.

2) Mais comment tu sais ?

Il s’agit d’une question de validation, afin de mieux comprendre les sources étudiées, d’examiner le processus par lequel nous avons obtenu l’observation, et de vérifier la méthodologie employée.

3) Qui te l’a dit ?

C’est la question de la dérivation, qui juge la fiabilité d’une information en tenant compte des personnes qui l’ont transmise.

Une méthode, trois questions, et quelques pistes pour nous lancer dans la digne recherche de vérité. C’est d’ailleurs ce que l’on peut voir à l’œuvre dans l’article mentionné plus tôt : les journalistes ont épluché chaque affirmation sur Bill Gates, clarifié leur sens, étudié leurs sources et présenté leurs auteurs. Ils ont ensuite été en mesure de montrer ce qui était objectivement vrai, objectivement faux et ce qui relevait purement de la croyance.


Et en parlant de croyance…

La rédaction d’imagoDei vous lance un défi : appliquer cette méthode d’investigation pour un des faits les plus marquants de notre civilisation. Avec Léa, Jean-Christophe et Christel, nous nous sommes dit : quoi de mieux pour apprendre à réfléchir de façon critique, quoi de mieux pour s’entraîner à appliquer ces principes que de les mettre en pratique sur un cas d’école ? Nous vous invitons à une mise à l’épreuve.

C’est une information comme toutes les autres, qui circule avec son lot de défenseurs et détracteurs. Certains crient à la révélation, d’autres au canular machiavélique ; et chaque année des reportages se penchent sur la question pour tenter d’éclaircir le mystère. Cette information, si elle est fausse, est probablement une des pires intox de l’histoire de l’humanité. En revanche, si elle est vraie, elle pourrait radicalement changer nos vies…

Depuis plus de deux millénaires, on entend dire que Jésus-Christ, après avoir été mis à mort par crucifixion, en est ressorti vivant, ressuscité. Cette déclaration de vérité, devenue certainement un phénomène culturel majeur, est pour certains un mythe, une théorie du complot au service du pouvoir. Alors, comment démêler le vrai du faux ?

Une méthode en trois questions :
1) Qu’est-ce que tu entends par là ?
2) Comment tu sais ?
3) Qui te l’a dit ?

Saurions-nous être bousculés dans notre quête de vérité ? Voulons-nous vraiment connaître la vérité, cheminer avec elle, et la partager ?


Ressources

Pour aller plus loin dans la réflexion, voici quelques ressources qui nous permettront d’explorer les questions autour de cet événement historique :

La résurrection de Jésus (Wikipédia)

Jésus : l’enquête

Lee Strobel, ancien chroniqueur judiciaire au Chicago Tribune, retrace l’itinéraire spirituel qui l’a mené de l’athéisme à la foi en soumettant une douzaine d’experts à un interrogatoire croisé, tous titulaires diplômés d’universités comme Cambridge, Princeton et Brandeis, et faisant autorité dans leurs domaines respectifs.

Strobel leur oppose des questions telles que de savoir si le Nouveau Testament est digne de foi, s’il existe des traces historiques de Jésus en dehors de la Bible, s’il existe des raisons d’envisager l’historicité de la résurrection.

Le livre

L’adaptation cinématographique


Le Forum Veritas

Le Forum Veritas est une initiative qui vise à articuler apport universitaire, scientifique, philosophique, culturel et artistique en offrant des débats ouverts, honnêtes, et de haut niveau sur des questions de société. La parole est donnée à des spécialistes issus de disciplines, de visions du monde et de cultures différentes.

http://fr.veritas.org/

https://www.youtube.com/forumveritasfrance


L’Evangile.net

L’Évangile.net est une plateforme interactive qui permet de lire un livre de la Bible en l’examinant par soi-même avec l’aide de quelques commentaires et des vidéos explicatives.

https://levangile.net/question/

https://levangile.net/video/


Angles philosophiques

La résurrection de Jésus : mythe ou réalité ?

Alexis Masson

https://www.youtube.com/channel/UCdQhWoARLQUmxX_VQQt8P1g

(Et pour les anglophones) Gary Habermas

https://www.garyhabermas.com/

Enfin, le site Apologetix propose des ressources de différents auteurs francophones visant à attester de la pertinence de la foi chrétienne.

À vous, donc, de vous faire votre opinion… Et poursuivons cette quête ensemble sur les réseaux !


Rédacteur

Sagesse et Mojito

En savoir plus

Contributeur

Léa Köves

En savoir plus

Contributeur

Christel Ngnambi

En savoir plus
Jean-Christophe Jasmin

Contributeur

Jean-Christophe Jasmin

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *